Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 17:58

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv19883932.jpgQuatrième de couverture :

Quand Camille vit le poids lourd qui fonçait droit sur elle, elle se figea au milieu de la chaussée. Son irrépressible curiosité l'empêcha de fermer les yeux et elle n'eut pas le temps de crier... Non, elle se retrouva couchée à plat ventre dans une forêt inconnue plantée d'arbres immenses. Te voici donc, Ewilan. Nous t'avons longtemps cherchée, mes frères et moi, afin d'achever ce qui avait été commencé, mais tu étais introuvable... 

 

Mon avis :

Ce livre est une relecture, ce qui est très rare chez moi. Cependant, une LC organisée par Max0o m’a convaincue de me replonger dans cet univers et de confronter mon avis à ceux d’autres Livradictiens (même si j’ai plusieurs jours de retard)… Généralement, lors d’une relecture, surtout d’un livre qui m’a énormément plu à la base, je suis un peu déçue, peut-être ai-je trop d’attente envers ces livres qui m’avaient fait vibrer à un autre moment… Pour la Quête d’Ewilan, je suis toujours émerveillée, peut-être plus qu’à la première lecture… Il faut dire que je l’ai lu il y a quelques années et j’avais un peu oublié les détails de l’histoire (sans pour autant avoir oublié les grandes lignes), mais dès les premières pages, je me suis à nouveau sentie happée par ce monde extraordinaire où donner vie à son imagination paraît être très simple…

L’intrigue commence quand Camille Duciel manque de se faire renverser par un poids lourd, à ce moment, elle bascule dans un autre monde et se retrouve cette fois non face à un poids lourd, mais face à une créature lézardesque qui l’appelle Ewilan et lui dit qu’elle la cherche depuis des années (bien sûr, pas genre on s’appelle on se fait une bouffe mais on s’appelle et je te bouffe), avant de comprendre, elle se retrouve dans son monde, mais sur le trottoir… A ce moment, la jeune fille adoptée par des parents que l’on pourrait confondre avec des robots cherche du soutien auprès de son meilleur ami Salim, toujours prêt à tout pour l’aider… Même si de temps en temps l’intelligence supérieure de Camille ainsi que son caractère entêté font que la négociation est impossible. Quelques heures plus tard, une araignée surdimensionnée s’introduit sur la propriété des Duciel, faisant fi de l’alarme et des deux molosses montant la garde, afin d’attaquer Camille qui réussit à échapper à la mort grâce aux chiens qui vont attaquer la bête. La deuxième attaque menace de tuer Camille et Salim, mais, encore une fois, la jeune fille se retrouve projetée dans cet autre monde avec cette fois-ci, son meilleur ami. C’est ainsi que de marche en attaque de Tslisch’s (le monstre lézardesque), Camille Duciel va apprendre qui elle est réellement…


Pourquoi j’ai adoré ce livre ?
- le style de Pierre Bottero est fluide, sans complication est se lit très rapidement sans prise de tête
- les personnages sont attachants. J’ai adoré Salim qui me fait rire à suivre tout le temps Camille/Ewilan sans poser de questions et qui rit de tout. Camille me plaît moins car à certains moments, j’ai eu l’impression que son intelligence supérieure la rendait un brin condescendante et arrogante. Les Duciel, eux, sont carrément odieux et leur manque d’affection donne l’impression qu’ils ont été obligés d’adopter Camille (je rappelle que je ne me souviens plus des détails du livre). Matthieu/Akiro, le frère d’Ewilan est lui aussi arrogant à leur rencontre, mais par la suite, on s’attache vite à lui.
- le lieu est tout simplement un lieu qui a l’air sublime (moins pour les Tslisch’s et autres bêbêtes du même acabit)
- les actions se succèdent rapidement, même si de temps à autre, il y a comme une pause dans le récit pour que le lecteur reprenne son souffle, ses esprits et ne se noie pas dans un trop grand flot d’informations…


Pourquoi pas 10 ?
Je ne saurais pas répondre honnêtement car je n’en sais rien, mais comme c’est le premier tome, je préfère me laisser une petite marge…

 

Ma note : 9/10

image

 

Bonne Lecture !

Repost 0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 12:05

Il y a quelques jours a été lancé le premier Challenge Juste Pour Lire par Mycoton32 sur le forum Livrddict (encore lui me direz-vous). Le but est de se faire des sessions de lecture ininterrompues de 3, 6, 9 ou encore 12h quand on veut pendant une période donnée. Plusieurs défis: Libre (tout ce qu'on veut), Fantasy (que de la littérature fantasy comme son nom l'indique) ou encore Classique (que des classiques). Ce challenge n'est ouvert qu'aux Livraddictiens, mais s'il se trouve que par hasard, vous en êtes, c'est ici --> CLIC! .

 

http://i27.servimg.com/u/f27/14/77/01/26/challe12.jpg

 

Le rapport de mes différentes sessions :

The First : 3h Libre --> 182 pages au total 
                                 - 91 pages du premier tome de la Quête d'Ewilan de Pierre Bottero (qui du coup est fini)
                                 - 91 pages sur 399 de Hunger Games de Suzanne Collins 

The Second : 3h Libre --> 220 pages au total 
                                 - 220 pages sur 399 de Hunger Games de Suzanne Collins 

Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 17:14

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv45353229.jpgQuatrième de couverture : 
Lorsqu’on s’appelle Mydria, qu’on est la fille unique et chérie des puissants Siartt, et qu’on a pour objectif principal d’accéder à un pouvoir plus grand encore en épousant le prince héritier du royaume, la vie ne peut pas être ennuyeuse. Jusqu’au jour où Mydria découvre ses vraies origines. Elle n’est nullement Siartt, mais l’ultime héritière d’une dynastie renversée depuis des générations ! Horreur : à la suite de ses ancêtres, elle est tenue de se lancer à la recherche du trésor familial, recevant pour seules aides un sifflet et le Don d’Aile, cet étrange pouvoir capable de vous métamorphoser à volonté…

Le pire danger ne l’attend peut-être pas derrière l’errance, la bataille et les cloques aux pieds. Le pire danger pour un cœur confiant ne tient peut-être qu’en un seul nom : Orest.


 

Mon avis :

Au début du livre, on voit Madael, roi d'Edrilion, rédiger une mystérieuse missive (qui ne le sera pas longtemps d'ailleurs), on sent qu'il a du mal, car il la rédige pour des personnes qu'il ne connaît pas: ses descendants. En effet, Edrilion, attaquée par le royaume de la Déléane, est perdue et Madael, pour protéger son héritage et pouvoir faire renaître la puissance de sa famille un jour se voit obligé de cacher la fortune des Darcer en un lieu inconnu et se fuir (pour la retrouver et la protéger). Quelques années plus tard, son fils reçoit la missive et est obligé de quitter sa vie pour continuer l'oeuvre de son père, ainsi, sur 5 générations des hommes vont quitter leur vie pour retrouver un trésor qui semble perdu.

Au bout de deux siècles, une jeune fille pleine d'ambition, Mydria de Siartt fait un étrange malaise et reçoit un sifflet contenant la missive. Ses parents (adoptifs) veulent la persuader de rester avec eux pour l'aider à retrouver le trésor et devenir reine d'Edrilion, après avoir renversé l'Usurpateur. Refusant de se laisser diriger, elle s'enfuit, avec tous les risques que cela comporte, sans argent, sans aucun soutien et sans préparation... Peu importe l'issue de sa quête, elle sait qu'elle est la dernière de la lignée des Darcer, la dernière personne à pouvoir fait revivre la dynastie...
Voilà qui lance l'intrigue principale: retrouver le trésor des Darcer avec l'aide d'un banal sifflet et du Don d'aile.
Mydria, ou My, part donc seule vers Liett afin de trouver un peu d'aide et y rencontre par hasard Orest qui, grâce à l'alcool, va faire parler My qui va lui révéler qui elle est et ce qu'elle doit faire. Orest va « kidnapper » My afin de l'amener dans sa guilde de malfrats où le chef, Krud, va décider de se lancer dans cette quête. Le récit est officiellement lancé.

Les personnages principaux sont peu nombreux:
- My, jeune fille noble, adoptée et dernière héritière des Darcer. Elle possède le Don d'aile et va être « enlevée » par Orest qui va lancer son chef dans la quête de My (car il y une véritable fortune à la clé). Elle doit donc s'habituer à marcher, dormir à la belle étoile, fuir un Usurpateur qui va tout faire pour empêcher sa quête d'aboutir tout en étant la captive d'une guilde de malfrats et en devant apprendre à connaître son Don. Tâche ardue pour elle, mais qui la rend attachante.
- Orest, jeune assassin dont on ne connaît l'histoire que tard et avec plein de questions en suspens. Attiré par la possibilité du trésor, il enlève My et la jette en pature à sa guilde afin de partir en quête de l'héritage.
Les autres personnages sont Krud le chef, Nadrett, Allian, Léréon et Lyrend'ell, Guiaulth, Gariott, se sont des membres de la Guilde et du groupe qui part pour la quête.

Je n'ai aimé aucun personnage en particulier, cependant, la relation entre Orest et My est amusante car ils ne cessent de se chercher des poux et cela donne parfois des joutes verbales assez intéressantes. J'ai trouvé que Léréon et Lyrend'ell les jumeaux étaient très effacés, ils sont là, mais ne font quasiment que suivre le groupe sans jamais donner leur avis, ce qui est dommage.

J'ai mis du temps à m'accrocher à l'histoire car j'ai trouvé qu'elle était longue à vraiment démarrer et la fin m'a déçue car je suis restée sur ma faim. Sinon, le style de l'auteur est fluide et on a vraiment l'impression de suivre les protagonistes, ce qui est génial. Les lieux décrits sont décrits au fil de la narration sans qu'il y en ait une tartine à un moment et rien d'autre après ce qui permet d'imaginer les lieux comme si on les découvrait au fur et à mesure.

Un point m'a dérangée (en plus de la fin), l'auteur utilise des pronoms personnels, et à certains moments de l'intrigue, leur trop grand nombre m'a obligée à revenir sur les passages pour bien cerner quel personnage était concerné par l'action (suis-je assez claire?). Enfin voilà, mais cela n'est pas non plus trop grave, enfin je le blâme pas beaucoup car j'ai tendance à faire la même chose.

 

Je remercie chaleureusement Livraddict et les éditions Michel Lafon pour cette jolie découverte...

LIVRADDICT LOGO  MICHELLAFON.jpg

 

Ma note: 8/10

Bonne lecture !

 
Repost 0
Published by JuNa - dans Fantasy
commenter cet article
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 01:04

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv68754049.jpg

Quatrième de couverture : 
L'un a une barbe de quelques jours, l'autre de millions d'années. L'un vit sur terre, l'autre dans les nuages. L'un est vendeur dans un sex shop, l'autre a un métier qui réclame le don d'ubiquité. L'un n'a pas beaucoup d'amis, l'autre aimerait parfois se faire oublier d'eux...Vous ne voyez toujours pas de qui il s'agit? Et si Dieu avait décidé de faire de vous son meilleur ami?

 

Mon Avis : 

Ce livre est un véritable coup de cœur pour moi. Je n'ai vu que très peu de défauts pour énormément de qualités et une portée du discours relativement large.
Le personnage central n'a pas de nom comme dans Je suis l'homme le plus beau du monde, l'autre livre de Cyril Massarotto que j'ai lu. Encore une fois, cela ne m'a pas dérangée outre mesure.
Commençons par le début. L'intrigue. Au tout début, le narrateur, vendeur de nuit dans un sex-shop, célibataire et sans réelle ambition, est « contacté » par Dieu, oui Dieu, celui qui est sensé avoir créé le monde en 6 jours... Les questions du narrateur sont nombreuses : pourquoi lui qui est athée plutôt qu'un croyant? Ainsi que des questions que tout le monde pourrait poser à Dieu : Est-ce que c'est vrai pour le mythe des 6 jours? Est-ce qu'il voit tout ce que tout le monde fait à l'instant où il le fait? Qu'est-ce qu'il y a après la mort?... Et j'ai senti qu'au fur et à mesure des rendez-vous hebdomadaires avec Dieu, les questions se faisaient plus recherchées, plus philosophiques, plus intelligentes.
Dieu aide le narrateur à trouver une épouse en lui donnant des leçons de psychanalyse... il le rassure sur l'avenir, l'aide à trouver un travail en lui expliquant tout ce que le recruteur veut savoir, tout ce dont il aura besoin dans son futur métier.
Cependant, un terrible événement perturbe le narrateur et celui-ci se retourne contre Dieu qui va à ce moment, lui montrer toute la souffrance du monde afin (hypothèse personnelle) de lui montrer qu'il faut savoir relativiser, que toute souffrance connaît une souffrance supérieure au même moment quelque part sur la planète. Cette démonstration est très émouvante et j'ai eu du mal à me retenir de pleurer (mais j'étais dans le bus donc ça ne l'aurait pas trop fait) en imaginant les scènes décrites avec une immense précision (je vois toujours ce que je lis et là ça a été dur). De plus au moment de l'accident qui amène cette démonstration, j'ai pleuré comme la madeleine que je suis (mais là j'étais chez moi, c'était donc plus facile).
Concernant les personnages, Alice, l'épouse du narrateur, m'a laissée indifférente, je ne l'ai pas vraiment appréciée mais pas vraiment détestée non plus; le narrateur m'a plus émue car on le voit s'embellir au fil du temps qui passe (des années plus précisément puisque le chapitrage se fait par années), de plus, sa franchise le rend plus sympathique encore (il répond à Dieu lorsque ce dernier se moque comme il répondrait à un ami); Dieu m'a fait sourire, notamment, lors de ses blagues envers le narrateur; le personnage que j'ai le plus apprécié et qui pourtant n'apparaît que tard dans le roman est Léo, j'ai aimé le fait de le voir se développer en restant heureux de vivre, et je ne sais pourquoi, il m'a également émue...

Le chapitrage se fait par année, sachant que l'auteur passe, par exemple, de l'an deux à l'an six sans que cela ne dérange, étant donné que les faits importants qui pourraient s'être produits durant cette période, sont intégrés au récit du « présent ».

Ce qui m'a un peu déplu, c'est que parfois, j'ai trouvé que le récit traînait en longueur et était un peu répétitif, le narrateur vit sa petite vie tranquille, va voir Dieu le mardi et reprend sa vie tranquille... Cependant, les discussions relatées sont toujours intéressantes comme celle où Dieu parle des souffrances des hommes ou encore celles où Dieu explique ce qui régit le monde (l'Amour et le Malheur) et la différence entre l'Homme et la Vie, cette dernière m'a d'ailleurs rappelé des cours de philosophie...
Enfin, le fil conducteur de l'histoire: pourquoi Dieu a choisi le narrateur et pas un autre? Ce fil conducteur démarre au tout début, au moment de la rencontre entre Dieu et le narrateur et se termine peu avant la fin, fin où le narrateur va enfin connaître La Question que Dieu pose aux gens après leur mort... Question que je ne peux vous révéler, n'ayant pas lu le livre, vous ne pourriez la comprendre...

 

Ma note : 9,5/10

 

Bonne lecture!

Repost 0
Published by JuNa - dans Contemporaine
commenter cet article
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 16:50

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv17654975.jpgQuatrième de couverture: 

Sophie Mercer, lycéenne et sorcière, use des pouvoirs sans discernement. Sur ordre d'un puissant magicien, qui n'est autre que son père, elle est envoyée à Hex Hall établissement ultra sélect pour élèves très spéciaux. Spectres, loups-garous et vampires s'y côtoient. Sophie qui est tout sauf discrète, se fait des tas d'ennemis et quelques amis. Parmi ceux qu'elle juge digne d'intérêt, il y a un séduisant jeune sorcier. Mais l'heure n'est pas à la romance : un prédateur se met à attaquer les élèves. Et, Sophie, fille de l'un des enchanteurs les plus puissants au monde, et directeur de Hex Hall, est une cible idéale...

 

Mon avis:

 

J'ai découvert ce livre au gré de déambulations dans les rayons de ma librairie préférée sur Paris (je n'y habite pas, mais quand j'y suis, je tente tout pour y aller, au boulevard St Michel). Il était posé sur la table des nouveautés bit/lit et compagnie et la couverture m'a immédiatement tapé dans l'oeil (et ça fait mal... OK, pas de vieux jeux de mots et de vannes pourris). En tout cas, je n'ai pas hésité longtemps à le prendre celui-là! Dès que j'ai pu le lire, j'ai sauté sur l'occasion et l'ai dévoré. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que je n'ai pas été déçue (le meilleur étant que j'ai adoré!).

Tout d'abord, le langage s'accorde bien avec les personnages, il est simple, mais pour faire parler de jeunes Prodigium (ou qui ont des pouvoirs surnaturels → sorcières, fées, loups-garous, métamorphes) et une vampire (les vampires n'étant pas considérés comme des Prodigium, car transformés au cours de leur vie et n'ayant pas de gène vampire avant la naissance), ça passe tout à fait (on s'attend difficilement à voir ces Prodigium d'aujourd'hui converser avec du vocabulaire datant du 18ème siècle).

Sophia Mercer, dite Sophie ou Soph', l'héroïne, jeune sorcière qui s'est fait remarquer par les humains lors d'un bal de son lycée, est envoyée à Hex Hall. Institut pour les Prodigiums ayant mal utilisé leurs pouvoirs (et par la même occasion, s'étant fait remarquer par les humains). Cauchemar pour cette jeune fille, enfant d'un grand sorcier qu'elle n'a jamais vu et d'une humaine qui a dû s'adapter au statut de Prodigium de sa fille en se renseignant sur ce monde inconnu; en effet, avoir vécu 16 ans avec son humaine de mère, sans aucun contact avec la magie, n'aide pas à l'intégration dans un lycée où tous les autres élèves ont été bercés dans ce monde depuis leur plus tendre enfance... Cette héroïne est drôle et ne manque pas de réparties cinglantes, ce qui rend la lecture plus qu'agréable.
L'histoire en elle-même n'est pas transcendante, mais le caractère de Sophie, les autres personnages, ainsi que l'ambiance du livre m'ont aidé à rester accrochée au livre. De plus, un certain suspens à certains moment aide à être tenue en haleine malgré tout.

Au final, un bon livre pour passer le temps et une suite que j'attends avec impatience (si suite il y a bien sûr).

 

 

Ma note : 8/10

 

Bonne lecture !  

 

Repost 0
Published by JuNa - dans Fantasy
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 19:35

toggle log

Qu'est ce que j'ai lu la semaine passée ? Qu'est ce que je lis en ce moment ?
 Que lirais-je la semaine qui vient ?


Lu:
Dieu est un pote à moi de Cyril Massarotto

En cours:
L'héritage des Darcer de Marie Caillet

A venir: 
Hunger Games de Suzanne Collins 
A la semaine prochaine!

Repost 0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 19:15

La question de la semaine était : D'où viennent les arbres?

 

http://www.ladybutterfly.fr/wp-content/uploads/2010/06/viel-arbre.jpg


La réponse du Savant:

Avant les arbres (organismes ligneux, capables de produire un tronc ramifié), il y a 450 millions d'années, il y avait les algues, les mousses, les fougères, et toutes les plantes "cryptogrammes", sans fleurs, sans ovules, sans graines. Ces pratiques de reproduction primaires en limitaient l'expansion (l'espèce se reproduisait sur place) et la pérennité (la plantule n'avait pas de réserve pour survivre en dormance). Les arbres sont apparus sur terre à la fin du devonien (360 millions d'années) et plus abondamment à l'ère carbonifère (qui tire son nom de la capacité des arbres à fabriquer une matière carbonée), il y a 250 millions d'années. Ils résultent d'une évolution capitale, puisqu'ils se reproduisent avec des fleurs et des graines. La graine, transportée par le vent ou les oiseaux, étend l'ère de peuplement. Le pollen résiste aux agressions, à tel point que la microscopie électronique parvient à identifier des pollens très anciens.

 

La réponse du Poète:

Une graine grandit
Prend son envol
Au-dessus du sol
Donne naissance à de nombreux bras
Qui abritent les oiseaux
L'arbre est né
Aura de nombreux descendants
Qu'il verra grandir du haut de sa ramure
Et tout au long de sa longue vie 

A la semaine prochaine!

Repost 0
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 18:03

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv22387945.jpg
Quatrième de Couverture:
Cet homme est une légende. Pourtant, il rêve de disparaître. Et quand il rencontre enfin sa raison de vivre, il est peut-être déjà trop tard...

« Aussi loin que je me souvienne, j ai toujours été beau. Je dis beau, mais dans la bouche des gens j entends plutôt canon, magnifique, sublime, incroyable. Plus généralement, en me voyant, les gens disent : « Waouh ! »
Ces mots, je les ai entendus dans toutes les langues, sur tous les tons. On me les a dits en pleurant, en hurlant, ou juste avant de s¹évanouir. On me les a dits à voix basse, sans oser me regarder, ou en écarquillant grand les sourcils.
Je suis l Homme le plus beau du monde.
Bien sûr, je suis malheureux. » 

 

 

Mon Avis: 

J'ai demandé ce livre en partenariat avec les éditions XO car dans le résumé, il avait l'air rigolo (oui, des fois, je fais mes choix comme ça), je me suis dit qu'en plus, un peu plus de 200 pages, ça allait être rapide à lire et surtout, ça allait me passer le temps.

 

En effet, je n'ai pas été déçue, mais pas pour les raisons que j'escomptais. L'histoire de l'Homme le plus beau du monde m'a quelque peu émue, je l'avoue. Dès sa naissance, il est mis à part à cause de sa beauté, et, quand il se montre, il déclenche des émeutes. On ne peut s'empêcher d'avoir de la compassion envers cet homme, dont on ne connaîtra jamais l'identité. Certes, au début, on peut penser qu'aucun homme ne peut être aussi beau qu'on l'imagine ici, d'ailleurs, c'est dur d'imaginer l'homme le plus beau du monde, malgré les descriptions. Mais au fil du livre, on se rend compte que cette beauté est une malédiction, car cet homme n'a aucune relation normale, que ce soit amoureuse ou amicale. Pire, sa beauté a été l'artisan de son malheur, à cause d'elle, le narrateur a perdu son père, et là, on se dit que, beau à ce point là, c'est limite pas possible (Serait-ce une publicité mensongère?).

Plus tard dans le livre, on se dit que son calvaire va se terminer (je ne vous dis pas pourquoi, ceux qui ont lu le livre comprendront peut-être), mais il est toujours l'objet de tous les désirs, et est toujours malheureux comme au début (et quand on lit ses déboires, on comprend pourquoi).
Pour résumer, c'est un livre dont la lecture est fluide, qui se lit vite.
Juste un petit bémol (tout n'est pas parfait): le langage est un peu trop simpliste à mon goût (oui j'ai fait un Bac Littéraire, donc ça me dérange un peu), MAIS, c'est bien rattrapé par le fait qu'il s'adapte et s'accorde parfaitement à l'histoire, qui est également un blâme des sociétés modernes, qui donnent plus d'importance à la beauté physique, qu'à la beauté morale. Personnellement, je pense que si le narrateur avait été un criminel, le blâme aurait été plus flagrant, même si ce n'est pas forcément la critique cachée derrière ce roman.

 

Je remercie chaleureusement Livraddict et les éditions XO pour m'avoir fait découvrir ce livre et cet auteur, d'ailleurs, j'ai hâte d'être au 31 octobre, non seulement soir d'Halloween, mais aussi, jour de la discussion avec l'auteur du livre, Cyril Massarotto, sur Livraddict. Cette discussion sera un bon moyen de comprendre toutes les facettes et tous les enjeux de ce livre. De plus, quelques jours plus tôt, un Book Club sur le livre aura également lieu sur Livraddict. Que d'évènements à ne pas louper sur Livraddict me direz-vous! Ce à quoi, je ne répondrai que par un seul mot: OUI!!

                             LIVRADDICT LOGO                                           xo.JPG

 

Ma note: 9/10

 

 

Bonne lecture !!

Repost 0
Published by JuNa - dans Contemporaine
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 11:52

toggle log

Qu'est ce que j'ai lu la semaine passée ? Qu'est ce que je lis en ce moment ?
 Que lirais-je la semaine qui vient ?
Lu:
Aucun nouveau livre n'a atteint la partie lue de ma bibliothèque cette semaine
En cours:
L'héritage des Darcer de Marie Caillet
A venir: 
Hunger Games de Suzanne Collins 
Bref, toute petite semaine pour ma PAL...
A la semaine prochaine!
Repost 0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 11:36

Cette semaine la question était : Qu'est-ce que vous ressentez en écoutant de la musique ?

 

La réponse du Savant :

Quand on écoute quelque chose, musique, discussion ou autre, le nerf auditif reçoit les ondes produites par les différents sons et les transmet au cerveau qui les analyse afin de les décoder.
La musique quant à elle, est une succession de notes qui forment une mélodie sur laquelle on peut ajouter des paroles dans le cas des chansons. La musique, pour certaines personnes, peut juste être la mélodie produite par l'écoute d'une poésie. Bref, la musique est une harmonie.

 

 

La réponse du Poète :

Bonheur
Tristesse
Energie
Rêve
L'harmonie musicale
A la fois
Une et plusieurs
Apporte à l'auditeur
Toute sensation
Que veut faire passer le compositeur 

http://sergecar.perso.neuf.fr/deco/musique-90454.jpg

 

Pour les autres participants, c'est par ici!

A lundi prochain !!

Repost 0

Bienvenue!

Je vous souhaite à tous la bienvenue sur mon modeste blog!


Ici, vous trouverez, toute ma vie littéraire, mes critiques de livres, mes défis, mes swaps... Et en prime, de temps en temps, des réflexions sur la vie ou sur les actualités qui me viennent de temps en temps (rarement, je vous rassure). Dans tous les cas, vous êtes cordialement invités à laisser votre avis, venir débattre... 
Une Boîte à Commentaires est également laissée à votre intention afin que vous puissiez vous exprimer plus librement, si vous avez un avis général à donner, une suggestion..., vous êtes libres (n'allez pas trop loin non plus, mais même les critiques négatives seront acceptées, je sais que je ne suis pas parfaite).
Voilà, je crois que tout est dit, vous découvrirez le reste en vous baladant sur le blog. 
Et vos deux nouveaux RDV du lundi : C'est lundi ! Que lisez-vous ? ainsi que Les grands esprits se rencontrent... Le lundi !

Bonne lecture!

Je lis...

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv28377682.jpg

Jeunesse

Pages lues : 327/416



Le Placard À Articles

J'y participe...

51640314

Lu: 1/7

Ma page Facebook

http://4.bp.blogspot.com/_6deS-9k2SLU/S-k3TWbj63I/AAAAAAAAAFQ/hz0nn-44ON0/S240/commblog.jpg